Langues

fr en eo es de it pt ru zh

Merci de nous aider avec la traduction : Dossier Git des traductions

Dossier de presse

«

Themes des RMLL 2017

Les sujets abordés

Nous avons arrêté 8 thèmes transversaux afin d'encourager les interventions les plus diverses et inscrites dans les différents secteurs dans lesquels opèrent le Libre. Le public pourra découvrir et interroger l'importance d'enjeux souvent méconnus au-delà des cercles concernés et les solutions apportées par le mouvement du logiciel libre aux problématiques envisagées.

lien vers les intervenants confirmés.

Sécurité: entre transparence et opacité

Thème majeur des RMLL, porteur d'enjeux sociétaux d'autant plus importants qu'elle se déploie dans le monde sous des formes toujours plus imposantes, la sécurité informatique concerne non-seulement les États, les institutions et les acteurs majeurs de l'économie, mais aussi les PME et chaque citoyen, qu'il soit technicien ou non. Des virus au ransomware, des attaques perpétrées par le crime organisé et les services secrets aux failles de sécurité des logiciels et des appareils électroniques, de l'incompréhension générale aux lois liberticides et aux menaces sur les praticiens de la sécurité eux-mêmes, elle est, qu'on le veuille ou non, qu'on l'entende ou pas, l'un des lieux critiques de la société contemporaine. Elle articule un équilibre fragile entre le besoin de transparence des systèmes et d'opacité nécessaire à la protection de la vie privée et la préservation des institutions collectives.

À quelles problématiques doivent faire face les ingénieurs et les hackers, de quels outils disposent-ils pour rendre compte des failles et les corriger, et comment le logiciel libre peut-il favoriser un monde plus sûr alors que la machine qui nous accompagne devient notre ennemie?

Sciences et formations: situation et perspectives

Avec l'explosion des connaissances et des disciplines scientifiques, ses enjeux financiers, éthiques et environnementaux, la science ne peut plus aujourd'hui revendiquer la 'neutralité' dont elle pouvait encore, avant l'Holocauste, la bombe atomique et le virus Zika, se prévaloir. Jadis porteuse, avec les Encyclopédistes, d'une volonté de partage des savoirs, la science est aujourd'hui rongée par les intérêts économiques, envahie par la compétitivité et mise sous pression de résoudre tous les problèmes d'un monde qui s'adresse à elle comme on s'adressait à Dieu pour se protéger de Ses foudres.

Face à de tels enjeux, quel rôle peut tenir le logiciel libre et quelles pratiques se développer pour redonner à la science le goût du partage et l'émerveillement auquel la connaissance peut nous ouvrir?

Côté utilisatrice: diversité des usages

L'informatique est désormais omniprésente, mais la production technologique semble reléguer l'usage à une simple consommation, au format de laquelle il faudrait se conformer puisque la production est majoritairement entre les mains d'autrui. L'éthique des libertés fondamentales du logiciel libre et des technologies libres donnent aux utilisateurs la possibilité d'influer sur la production technologique pour la rendre au citoyen et au collectif, par le dialogue avec les développeurs et la reconnaissance de spécificités d'usage que les grands fabricants de technologies privatives semblent ignorer en imposant leur 'vision globale'. Qu'il s'agisse de personnaliser un logiciel, de l'adapter à un usage différent, le rendre accessible à tous ou respectueux des cultures (sourdes ou ethniques), le logiciel libre offre des perspectives inédites chez ses concurrents happés par l'impératif de rentabilité et une mentalité de racket. Pourtant si le Libre a conquis les serveurs, il pêche encore dans le dialogue avec les disciplines connexes du design, de l'ergonomie, etc., et surtout par sa relative absence dans les métiers du quotidien (architecture, artisanat, commerce, comptabilité, fiscalité, etc.) propres à engager les utilisateurs plus largement dans le mouvement du Libre.

Quels sont donc les avantages du Libre pour engager un dialogue fructueux entre ces 'minorités' qui forment en fait la majorité de nos concitoyens?

Côté serveur: complexité des enjeux

L'amplification des réseaux informatiques a donné naissance à des géants qui aujourd'hui concentrent la majorité du trafic et des données de l'ensemble du monde. L'énergie nécessaire pour satisfaire les besoins croissants de "l'économie numérique" augmente sans cesse, créant des data centers qui consomment autant que des villes entières. Les données qui transitent sur le réseau vont du banal au choquant, du divertissement au critique, dans un va-et-vient régi par des contraintes techniques, éthiques, légales et économiques dont l'ampleur et la complexité dépassent largement la capacité des groupes et institutions humains à les saisir. Au cœur de ce monstre pulsent les bits du logiciel libre, instrument majeur de cette 'révolution numérique'. Et derrière des portes closes, des sysadmins doués font tourner le monde et restent invisibles, ou cassent des choses et en reçoivent tout le blâme.

Comment l'administration des systèmes informatiques a-t-elle évolué avec les changements de complexité et d'échelle? À quoi ressemble l'Internet? Quelles techniques sont déployées pour le rendre intelligible et améliorer son fonctionnement? Quelles ressources sont-elles nécessaires à sa production? Dans quelle mesure le logiciel libre peut-il contribuer à l'évolution de cette infrastructure publique, dont l'accès est reconnu comme un droit fondamental par l'ONU?

Partage: aspects collectifs du libre

Si les libertés d'usage du logiciel (liberté 0) et de l'étude de son fonctionnement (liberté 1) sont bien comprises grâce à l'appropriation individuelle pratique de ces notions, les libertés collectives de partage (liberté 2) et de contribution (liberté 3) restent souvent interprétées pragmatiquement dans le seul domaine logiciel. Or, c'est dans l'interaction entre dévelopeurs et non-dévelopeurs qu'il faut considérer des deux libertés, car elles se déploient dans le collectif, au sein des communautés concernées, et rencontrent des problématiques qui dépassent bien entendu le seul domaine technique. C'est dans le domaine des institutions notamment que le logiciel propriétaire trouve son point d'entrée privilégié, car ses utilisateurs sont captifs. C'est dans le domaine législatif également que s'arrangent les restrictions à l'amplification des techniques collaboratives, par les 'brevets logiciels', l'interdiction ou les menaces d'interdiction de l'usage des technologies libres ou de l'ingénierie inverse, etc., domaines qui souvent intéressent peu les producteurs de logiciel, ou dans lesquels ils se sentent impuissants à agir. Un enfant dont l'école impose l'usage de logiciel privatif ne pourra avoir de contact avec la communauté du logiciel libre que par l'intermédiaire du réseau social de ses camarades ou de sa famille, mais si eux-mêmes se voient imposer une technologie privative 'standardisée' de fait, les chances d'émancipation technologique s'amenuisent.

Quels ponts sont-ils disponibles pour pallier socialement aux lobbies anti-sociaux dont la pression augmente dangereusement dans nos contrées?

Hybridation: usages du logiciel libre dans la cité

Un élément de réponse à la question précédente concerne la reconnaissance des secteurs dans lesquels le logiciel libre rencontre des succès importants, par exemple la santé et la recherche universitaire, les réseaux d'activistes (parfois) et d'amateurs (hobbyists, hackerspaces, bricoleurs...). Travailler main dans la main avec des praticiens brillants peut aider à réduire l'écart entre une population qui ne peut envisager l'importance des technologies libres comme elle n'y a pas accès dans de bonnes conditions. Sortir des laboratoires et des communautés protégées d'amateurs éclairés, s'ouvrir à la société plus largement et toucher le grand public avec des exemples de logiciels libre dans des situations inattendues est souvent problematique comme la 'fracture numérique' qui existe entre les hackers et le quidam requiert de la pédagogie des premiers et un intérêt réel du second.

Quels exemples peuvent être avancés pour éveiller l'intérêt du public dans la production des technologies libres? Quels secteurs se trouvent les plus frustrés d'une absence d'alternative ou de flexibilité dans leur contrôle du logiciel, et quelles compétences sont requises pour aider à formuler des réponses du mouvement du Libre aux besoins informatiques de la population? Quels arrangements institutionnels existent ou devraient exister pour faciliter la production de logiciel libre au-delà de gratter un développeur là où ça le démange, pour résoudre des problèmes seulement adressés par le logiciel propriétaire?

Programmation: quels moyens pour quelles fins?

Écrire du logiciel n'est pas uniquement un effort technique, cela affecte ce qui peut être fait avec. L'art de la programmation est donc éminemment politique comme le choix des algorithmes, des licences, des plate-formes qui portent le programme ont des effets réels sur la production technologique, entendue comme technique déployée dans la société. Cependant, et c'est vrai de toute spécialité incorporant une grande connaissance, la programmation requiert des outils de métier qui facilitent le travail. Le logiciel libre a créé un grand nombre d'outils indispensables, de langages et de méthodologies pour avancer l'art qui sont largement diffusés à travers toutes les disciplines des sciences informatiques et dans l'industrie. Depuis l'accès au code source et les pratiques de développement collaboratif, jusqu'aux méthodes de tests et aux formats ouverts de données, le mouvement du Libre continue de rendre possible la production de technologies libres dans l'esprit de la science et de la culture pour partager les connaissances et améliorer les pratiques collectives.

Que veut dire pour un logiciel d'être libre? Quels langages existent et comment les choisir en fonction d'un projet spécifique? Quels outils sont disponibles pour construire un projet libre depuis l'idée jusqu'à la production? Quelles techniques sont créées pour trouver et résoudre les bugs ou les éviter entièrement? Comment approcher le matériel non-documenté? Quelles plate-formes matérielles collaborent-elles avec les développeurs de logiciel libre? Quelles méthodes et bonnes pratiques améliorent la production de logiciel libre? Quelles nouvelles tendances sont accueillies par la communauté des développeurs et qu'est-ce qui valide leur adoption?

Esthétique du libre: engagement, participation, coopération

Enfin nous désirons engager une réflexion sur l'art et la pensée esthétique. Lawrence Lessig a très bien écrit que 'le code est loi'. De plus en plus cela signifie que le logiciel implémente des règles auxquelles les utilisateurs doivent se conformer, parfois en ignorance de lois existantes. En outre les programmeurs sont souvent des instruments aux mains de leurs employeurs et dessinent la réalité selon des contraintes qu'ils choisissent rarement. Isolés devant leurs machines, les programmeurs font souvent les frais de décisions dont ils n'ont pas la maîtrise. Parmi les professions contemporaines, l'informaticien du Libre dispose de peu de soutien hors de ses pairs en réseau. Si la satisfaction de l'ego (la réputation) reste un moteur du développement libre, cela ne reflète-t-il pas un isolement, une dissociation que l'on retrouve partout autour de nous? Nous pouvons définir une esthétique du Libre par l'engagement, la participation et la coopération : engagement auprès des communautés d'utilisateurs, "pour aider son prochain", participation de la communauté car les développeurs de logiciel ne peuvent pas à eux seuls élaborer des solutions pour des problématiques qu'ils ne maîtrisent pas, et coopération entre disciplines, car le logiciel n'est pas seulement une affaire de code : il requiert de nombreuses compétences diverses depuis les mathématiques et le design jusqu'aux sciences humaines et la géographie, etc. Une esthétique du logiciel libre est nécessairement transdisciplinaire et embrasse la complexité; elle concerne les communautés humaines qui décident de s'hybrider avec des technologies qu'elles choisissent consciemment.

Quelles sont les nouvelles formes qui dessinent ce complexe humain-technologique?

Autres thèmes

Si vous ne savez pas où placer votre intervention parmi les sujets évoqués plus haut, n'hésitez pas à faire une proposition, elle sera sans doute bienvenue. Nous recherchons particulièrement des propositions visant à rassembler des programmeurs entre eux et avec leurs utilisateurs.

La route est longue ET la voie est Libre

Retrouvez des intervenants d'Afrique, d'Asie, des Amériques et bien sûr d'Europe, prestigieux ou méconnus, programmeurs et ingénieurs, philosophes, scientifiques, artistes et citoyens aux RMLL 2017.

Merci de votre attention, et rendez-vous à Saint-Étienne en juillet!

https://2017.rmll.info/cfp